Le studio coloriste

Stéphane Webert se destinait aux arts appliqués, mais le hasard a voulu qu’il ait également coché la case coiffure sur sa feuille d’orientation et tout s’est enchainé en montage cut, comme dans les films pour lesquels il est le coloriste attitré aujourd’hui. Des univers aussi divers que celui de la série à succès Plus Belle la vie que Stéphane accompagne depuis la toute première saison à la comédie loufoque Les Tuche en passant par La vraie vie des profs ou l’univers sombre à la Dardenne de Qu’un seul tienne et les autres suivront. Parachuté à 16 ans comme apprenti dans un petit salon de quartier sur le Prado, Stéphane s’est vu conseiller moins de six mois plus tard d’aller frapper à la porte d’André Ollier, figure mythique de la coiffure marseillaise des années 80 avec L’Atelier Parallèle où ont été formés, entre autres, Topolino, Barnabé ou Clovis. Assistant Barnabé à ses débuts, il a tout de suite su ce qu’il aimait et détestait dans la technique et s’est juré d’y apporter sa touche, en douceur, le moment venu. Après avoir été appelé par Publicis pour créer à plusieurs reprises avec Barnabé la couleur d’Andie McDowell, notamment dans les campagnes publicitaires L’Oréal Revitalift ou Les Rouges sur Mesure photographiées par Ruven Afanador, Stéphane a œuvré un temps en duo avec Frédérique Carme qui donne dorénavant ses coups de ciseaux chez Marie Robinson à New York. Sans oublier trois années de collaboration avec le département technique de marques cosmétiques, ce qui explique son expertise en profondeur des produits… En 2004, il a ouvert le Studio Coloriste pour partager, à la nuance près et en toute discrétion, son goût des belles coupes/couleurs avec son équipe, comme avec ses client(e)s.

Elodie Domergue a toujours voulu être coiffeuse, mais a d’abord du passer son bac S, étant la seule de sa famille à vouloir pratiquer un métier dit manuel. Enchainant sur un CAP Coiffure, elle fini sa formation en alternance au Studio Coloriste et Stéphane lui a aussitôt donné le goût de la couleur. Ce qui la passionne chaque jour, outre les lissages brésiliens dans lesquels elle excelle ? Le résultat auquel l’on parvient avec la douceur de l’application. Des éclaircissements naturels, fondus. On n’obtient de belles couleurs que sur des cheveux sains. Et d’ailleurs, si le cheveu est abîmé ou fatigué, on dit aux clientes : soignez le et revenez dans trois mois !

Son plus ? Une très bonne maitrise de la technique, côté couleur comme côté lissages. Résultat ? Un très joli travail naturel, y compris pour les attentes les plus classiques.